FICHE PRECEDENTE
 
FICHE SUIVANTE  

PATRIMOINE
L'OR DE FOURQUES

Par ce texte écrit en 1861, extrait d'archives par Louis COMPANYO, nous apprenons qu'à FOURQUES, existait au moins un chercheur d'or.

Dès 1425, Sous le royaume d'Aragon, est promulguée une loi libéralisant la recherche minière et l'exploitation des terrains, à condition d'indemniser le propriétaire, et surtout de verser un pourcentage au roi qui s'était déclaré seul propriétaire du sous-sol.

En 1603, Le Roussillon, était sous domination espagnole, Philippe II d'Espagne étant au pouvoir.

C'est à partir de ce document qu'en 2006, une classe de Corneilla del vercol décide de venir passer 2 jours dans l'ILLE et La GALCERANE, rivière qui forment le REART pour chercher de l'or.

Les élèves ont récolté environ 0,22g soit une valeur €uros de 3,30€.

Un orpailleur adulte connaissant bien l'endroit récolte en 4 heures 0,25 g d'or en moyenne, presque autant que la classe de CM1.

Il lui faut donc travailler deux journées de huit heures pour récolter un gramme. Mais si la valeur marchande de ce gramme d'or équivaut actuellement à seulement 2 heures de salaire d'un ouvrier, il faut savoir que le pouvoir d'achat de l'or était près de 100 fois plus fort à la renaissance et près de 400 plus fort au moyen âge, car à ces époques aucune mine d'or n'était connue en France, l'or des monnaies provenait uniquement du recyclage et de l'orpaillage.

Pourtant les gaulois exploitaient de très nombreuses mines d'or appelées aurières. En 14 après JC, un légionnaire gagnait 1 Aureus de 7,72 g d'or par mois. Il a fallu attendre le 20 ème siècle pour redécouvrir les aurières des gaulois et exploiter industriellement les mines d'or françaises.

L'ORPAILLEUR
Fils d'orpailleur, Jaume Pujol travaille et apprend les secrets du métier avec son père, principalement autour de Fourques, sur la concession que leur a accordée le Procureur Royal en 1603, leur permettant de chercher l'or qui se trouve dans les sables des rivières et torrents du Roussillon.

L'or est facile à trouver dans les torrents des Aspres, dans le Tech et dans la Têt, mais les grains sont généralement minuscules et le travail est dur: pour accumuler quelques grammes d'or, il faut souvent remuer plusieurs tonnes de sables et de graviers.
Pour augmenter le rendement, ils utilisent des tables de lavage et du mercure avant de manier les concentrés obtenus à la grésalle (batée) pour en extraire enfin le métal jaune.
Ils parviennent ainsi à récolter quelques grammes du précieux métal par journée de travail.

En 1638 alors qu'il vient de découvrir et travailler un placer riche et vierge de toute prospection dans un torrent des Aspres affluent du Tech près de St-Jean Pla de Corts, il se rend à la ville pour porter 37 grammes de grains et pépites d'or à l'Hôtel des Monnaies de Perpignan.

Arrivé au Mas Sabole, il est reconnu et inquiété par une bande de Tercios décidés à le dépouiller.
N'étant pas du genre à se laisser détrousser ainsi, il meurt assassiné par les Tercios en défendant âprement le fruit de son travail. .

 FICHE PRECEDENTE

RETOUR A PATRIMOINE
FICHE SUIVANTE