FICHE PRECEDENTE
 
FICHE SUIVANTE  

PATRIMOINE
LE RETABLE SAINT MARTIN

Après le Concile de trente, l'art roman qui s'était imposé en Roussillon disparaît au profit de l'art baroque qui met en scène des ornements sculptés, de statues, de piliers, colonnes, pilastres donnant aux églises une théâtralité surtout exprimée dans les retables catalans.

Le diocèse d'Elne/Perpignan connût un véritable engouement pour cette forme d'art.

On peuple les églises de statues et de retables (700 à 800 oeuvres), souvent d'excellente qualité. Les oeuvres de Lluis Genérès, Josep Sunyer et Jean-Jacques Melair témoignent par leur faste et leur richesse de l'intense bouillonnement spirituel que connût le XVIIème siècle.

A l'époque baroque, il y a un changement dans l'agencement des églises et dans la décoration, qui est plus riche et plus grande, en utilisant la sculpture polychrome. On voit poindre une renaissance de la sculpture sur bois avec le travail de Tremullas, Generès, les Sunyer, Nègre, Navarre…

Par ailleurs, on construit ou on agrandit nombre d'églises, même dans des villages ayant une population peu importante. Lorsque le gros oeuvre est terminé, on commence les dépenses pour le retable.

Chaque paroisse en possède au moins un. Il y a un réel contraste entre la pauvreté de l'édifice et la richesse du mobilier. L'art baroque en Roussillon ne s'exprime pas par une architecture civile ou religieuse mais par la sculpture de retable sur bois. Si le Conflent et la Cerdagne sont demeurés riches en sculptures, ce n'est pas le cas de la Salanque.

La préparation du travail et des différents éléments se font en atelier (3 ou 4 ans selon l'œuvre), l'assemblage se fait sur place mais il n'est ni peint, ni doré. corniches, des lambris, des frontons et des pinacles (qui deviennent allégoriques). Les panneaux marquent la narration et l'ornementation, la ponctuation .
Il est doré ultérieurement par un autre contrat.

François NEGRE, né vers 1661, travaille à l'atelier de Lluis Genérès. En 1688, il réalise le Maître-autel St Martin de l'église de Fourques. Il est doré en 1709.

 

 FICHE PRECEDENTE

RETOUR A PATRIMOINE
FICHE SUIVANTE